// Vous lisez...

notes de chevet

boire un café

Boire un café, pendant ces heures de trou dans la salle des profs, et que pas l’énergie nécessaire pour grand chose, fatigue accumulée au fil des semaines, comme en ce moment, se rendre à la machine, s’amuser de l’idée que les mêmes sur les aires d’autoroute, rêver de départ, de voyage, aller s’asseoir dans un fauteuil, vacant et certain que rien à venir, immobile, et vide ; ou au comptoir, souvent quand trop en avance à un rendez-vous, quart d’heure à tuer, capter des bouts de conversation — ce matin, ce buveur de rosé clamant qu’il fallait rire, que lui avait perdu la femme de sa vie et que ça il le savait : qu’il fallait rire.

Commentaires