// Vous lisez...

soutènements

en compagnie des amis trépassés

C’est une croyance généralement répandue que les à¢mes du purgatoire ont tous les ans vingt-quatre heures de répit à leur souffrances, à l’époque de la fàªte des Trépassés. Cette croyance n’est pas particulière au pays ; on la retrouve dans un fabliau du Moyen Age. Ce qui est particulier au département de la manche, ou plutà´t à une paroisse de ce département, à Créances, arrondissement de Coutances, c’est la manière de célébrer la fàªte des morts. Là ce n’est pas avec des couronnes que l’on se rend au cimetière où reposent des parents et des amis, c’est avec des vivres. On s’installe sur la tombe màªme, et l’on fait un repas auquel les morts aimés sont censés participer. On verse du cidre sur leur tombe et l’on boit à leur santé comme s’ils étaient présents. « à€ ta santé, frérot ! à€ votre santé, mon père, ma mère, mon oncle, mon cousin », etc. On cause avec eux, on rit màªme, on plaisante. C’est un repas de famille dans lequel la tristesse et les pleurs ne sont pas admis. Les défunts sont tout simplement des absents. De dessous la terre, où ils se reposent, ils sont supposés entendre les vivants et se réjouir avec eux. Cet usage remonte évidemment au paganisme, à une époque où l’on admettait que ce qui suit la mort est purement et simplement la continuation de la vie qui la précède, car dans cette fàªte fraternelle l’idée du purgatoire et de l’enfer est complètement absente. Les Russes ont aussi conservé cet usage. Le jour de la fàªte du saint sous l’invocation duquel est placé tel ou tel cimetière, les parents et les amis de ceux qui y sont enterrés arrivent avec des samovars, des gà¢teaux et de l’eau-de-vie. On boit du thé jusqu’à ce que la provision soit épuisée, et de l’eau-de-vie autant qu’on a pu s’en procurer, de sorte qu’on revient généralement en titubant et en se querellant. Les Créanà§ais fàªtent moins complètement la fàªte fraternelle, et si l’on s’égaie un peu en compagnie des amis trépassés on pousse rarement jusqu’à l’ivresse. Claude Seignolle, Contes, récits et légendes des pays de France

Commentaires