// Vous lisez...

au fil des jours

Abyssal Cabaret

"la femme dont nous racontons l ?histoire sait bien que malgré les risques d ?effondrement elle trouve une vie à improviser

tu ne sais rien de l ?effondrement tu ne sais rien de la lumière tu ne sais rien de la vie

je te dis la vie est à vivre sans la savoir

(...)

mais tiendrai au chaud de la langue défaite vaille que coà »te ferai mon chant dans la profération du mot"

Maryse Hache, Abyssal Cabaret

force de langue, kaléidoscope des images, des morts qu’on porte et monde qui s’effondre, hymne à la vie

à lire et écouter en mp3 chez publie.net

vases communicants de septembre avec Maryse

Voir en ligne : Maryse Hache, Semenoir

Commentaires