// Vous lisez...

d’écrire

ne passe plus

Entrepris hier de dactylographier. Toute la journée sur l’ordinateur, avec des intermèdes douloureux où je reprends des passages sur lesquels la mise au net, en caractères normalisés, jette sa lumière brutale, décapante, dramatique. Ce dont on s’accomode au stade antérieur, sur manuscrit, ne passe plus. Un regain d’énergie, la volonté d’en finir m’aide à traverser ces mauvais moments. à€ neuf heures du soir, j’ai atteint la fin du chapitre trois. P. Bergounioux, Carnets de notes, Sa. 28.12.1991

Commentaires