// Vous lisez...

au fil des jours

corriger entre deux

après l’avoir laissé reposer, repris de nouveau relecture/correction d’entre deux ; constater le tiraillement permanent entre prose continue et séquences ultra brèves, la nécessité d’un temps de digestion du texte avant d’arriver à un équilibre de ce point de vue-là , non pas tant qu’à la recherche d’un équilibre quelconque, mais parvenir à ce que la structuration du texte le renforce et non pas l’affaiblit, accorder jaillissement, lisibilité et construction ; constater aussi que toujours un moment où j’élague trop du point de vue grammatical (exagération dans la suppression des articles et des prépositions) au risque de rendre peu lisible le texte, parfois màªme de le rendre trop raide d’un point de vue rythmique, ni vif ni coulé ni haché ni quoi qu’est-ce, poussif parce que trop irrégulier et surtout non justifié ; le truc intéressant dans la correction, c’est peut-àªtre a posteriori d’ajuster la dynamique du texte, libérer son en avant de toute entrave, retrouver mais surtout préserver l’énergie première de l’écriture, de son irruption (et désolé si tout à§a vous semble une suite de truismes, au moins à§a m’aura permis d’y voir un peu plus clair !)

Commentaires