// Vous lisez...

au fil des jours

il y avait eu

Reprise de ce qu’écrit suite à l’appel à textes sur le thème de la lecture numérique lancé par les éditions onlit — ensemble des contributions à lire sur le site.

Il y avait eu l ?ardoise et la craie à l ?école, les cahiers de brouillon mauvais papier traversé par le Bic, il y avait eu la bibliothèque rose, puis la verte, la collection Folio et les exemplaires à gagner dans les stations-service Total, les classiques Larousse et croire que la littérature signifiait tout un tas de notes en bas de pages, les premiers bouquins N.R.F. ou Minuit et ne les acheter qu ?après religieusement lue critique dans le Magazine littéraire, il y avait eu les villes de province, leur librairie qu ?on disait catholique, en préférer une autre, magasin plus petit mais davantage de choix cà´té littérature, la liberté à la FNAC de lire feuilleter sans que personne ne vous demande rien, les piles de livres dans les supermarchés, les bouquins commandés via l ?écran, enveloppe bulles boîte aux lettres, premières liseuses, en pràªter une à ses enfants, que l ?un s ?y fait très vite et l ?autre résiste, télécharger libres de droit Verne Wells and co sur Feedbooks, il y avait eu liseuses et tablettes à prix de plus en abordables, connexion web intégrée pour toutes, il y avait eu ces premiers papiers électroniques, l ?hésitation quant au nom à leur donner, papier ou toile, puisque se roulaient si facilement, l ?usage un temps des deux, puis toile qui prédomine pa rce que l ?indéfectible lien du web et de la lecture, le plaisir d ?utiliser d ?un glissé de doigt commandes virtuelles, prolongement naturel écran tactile, l ?habitude d ?avoir en poche un de ces étuis à cigare et y glisser sa toile, la protéger des poussières qui venaient s ?y coller, miettes et bouts de tabac…

à€ ce jour, reste encore le ràªve de lecture dématérialisée, ces lunettes dont on nous dit que déjà testées dans certains laboratoires d ?Asie, la polémique grandissante sur les conséquences possibles d ?une telle mutation pour la lecture, màªme la pensée disent certains, principal argument cette distance nécessaire entre texte et lecteur, distance qu ?avait toujours offerte jusqu ?alors la médiation du support depuis la tablette d ?argile jusqu ?à nos toiles, se dire qu ?on aura vécu un temps de bascule…

Commentaires