// Vous lisez...

entre deux | notes

chaque fois qu’on passe par là 

le pays se dérobe sous nos pas

Chaque fois qu’on passe par là , une nouvelle tranchée s’est ouverte, un bout de ZUP avec des hangars qui se bà¢tissent sur des tronà§ons de route éventrés, où la boue jaune dégouline sous la pluie. Quand, d’un coup, le soleil se montre, le ciel forme de grands paysages, avec des miroitements sur les pans de nuages, comme des chà¢teaux de légende, des lavis qu’un Victor Hugo d’image pieuse lancerait sur les infinis de lumière, et les rayons iraient s’élargissant du bout de ses doigts jusqu’aux chàªnes bosselés mais c’est juste un panneau d’Intermarché qui bouche l’horizon. Tiens, à l’endroit où, je m’en souviens très bien, je m’étais perdue dans une tourbière en cherchant les sources du Blavet. Cette expédition, j’aurais long à en dire mais à quoi bon, à§a n’intéresserait personne, les Mousquetaires de la distribution s’étalent en lignes parallèles derrière leurs camions pleins de produits du terroir et de cochonneries sans label. Zone stratégique, plein centre de la péninsule. à‡a fait Sarcelles, comme aménagement du territoire. Là , c’était Le Faoudic, notre chemin creux, avec ses grosses pierres, ses ruisselis d’eau et ses fameux trous de serpents d’où d’effrayantes vipère s’appràªtaient à sortir, pràªtes peut-àªtre à se transformer en princesses au troisième baiser sur leur front plat. On en a fait un lotissement. Dix, vingt, trente maisons pleines de Bambi sur les commodes et de musique celtique. Et revoilà Intermarché, en plein milieu des champs à chà¢taigniers fermés par des barrières de bois sur lesquelles il était interdit de se balancer comme des sauvages, et il n’en reste plus une seule, de ces pauvre barrières. Un centre commercial, et avec jardinerie en plus, juste à l’endroit où, je m’en souviens, sur une pente herbue... là , très exactement, où se trouve le rayon nature, plantes en pots et thuyas, triomphe du naturel, màªme Leclerc ne va pas si loin dans l’authenticité. Car nous avons notre centre Leclerc aussi, et màªme depuis quelques mois notre Stock, dans le champ où mon frère allait faire courir les chevaux avec quelques autres chenapans du màªme genre et ils avaient, figurez-vous, été dénoncés par ce traître... le traître, tout le monde s’en fiche, cette prodigieuse aventure se passait en des temps qui n’ont plus lieu. Le pays se dérobe sous nos pas. Franà§oise Morvan, Le monde comme si

Commentaires