// Mots-clés

contraintes

291 billets

Articles

Kill that Marquise

injonctions (23)

déchiqueter (puisque c’est besoin)cheminer sans souci du but (tu es mieux là qu’au fossé)boire l’obstacle (comme d’autres les paroles)ne t’arrimer qu’au provisoire

monologue 11

mà j monologue 11 Place que ce qui est à dire peut désormais tenir dans nos vies, de ce qui est à venir ?

se rendre dans le magasin d’une coopérative agricole

se rendre dans le magasin d’une coopérative agricole en quête de bois d’allumage pour la cheminée, chercher au petit bonheur, passer par le rayon des aliments pour volailles, sacs de cinquante kilos posés sur palettes, retrouver l’odeur des granulés à lapins, la même que gosse, quand soulever le couvercle métal d’une lessiveuse (...)

poèmes express #9

Poèmes express produits grâce au code de Joachim Séné, de l’Oulipo à contrainte graphique ! Sur Face de bouc, c’est par ici. Et un poème express à la main, à la manière de Lucien Suel.

hooked

J’ai décroché. Une voix masculine. Et un brouhaha d’autres en fond. Le gars connaissait mon nom. Il voulait me prévenir que madame Olga, médium. Là j’ai raccroché. Et même failli en rire. Inconscient que la suite de ma journée serait foutue. Traversée indécis, tout blindé d’ironie. Mais taraudé pour chacun de mes actes, chacune (...)

monologue 2

monologue 2 mis à jour

tu dis (8)

tu dis : « Quand je marchais dans la ville la nuit, je savais pas que c’était dans le silence que j’avançais. » tu dis : « C’était rassurant de suivre le fleuve, lui emprunter sa direction. » tu dis : « Quand tu marches à deux dans la nuit, le moment où sans rien convenir on finit par se taire... » tu dis : « Leurs lignes noyées dans (...)

tu dis (9)

tu dis : « J’aime les villes de bord de mer : pour n’avoir qu’à longer... » tu dis : « Les matins de brume surtout, monde sans limites ni contours. » tu dis : « Le pier comme un tunnel sonore, pulsations de basses, cliquetis des pièces, stridences compressées des jeux électroniques, détonations, moteurs en sur-régime, mais (...)

tu dis (10)

tu dis : « On croit en avoir fini avec le dehors et il suffit d’un jour de pluie... » tu dis : « Pas tellement que la pluie me gêne assis devant l’écran du bureau, mais qu’elle dure : une telle affirmation dans la dilution grise. » tu dis : « La pluie parfois redouble, comme l’angoisse... » tu dis : « Pas que l’angoisse (...)

... | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 |...

Catégories

EXPRESS