// Mots-clés

Zola

6 billets

Articles

en lisant Zola #1

Zola parlait de curée ; aujourd’hui, c’est de dépeçage qu’il faudrait parler/écrire. Chez Zola, les loups sont autant financiers, politiques qu’alcooliques. Cette image qu’on donne des Rougon-Macquart à l’école, dans les manuels, à petits coups d’extraits bien limités : misère, alcoolisme, pauvreté, déchéance, quand il est aussi question de fortunes bâties par tous (...)

chienne perdue

Puis, elle se retourna lisant stupidement les affiches collées contre la tà´le. Il y en avait de toutes les couleurs. Une, petite, d՚un joli bleu, promettait cinquante francs de récompense pour une chienne perdue. Voilà une bàªte qui avait dà » àªtre aimée ! Zola, L’Assommoir

un cimetière pour appui

entrepris cet été la traversée des Rougon-Macquart, lentement mais sà »rement ; c’est sur un cimetière que l’ensemble trouve son appui ; importance des maisons et des jardins, c’est par eux que tout s’organise ; images de la curée et du loup qui très vite se mettent en place Lorsqu՚on sort de Plassans par la porte de Rome, située au sud de la ville, on trouve, à (...)

tête d’artiste

Et il parla de ses quarante-deux ans, du vide de l’existence, posa pour une mélancolie qui jurait avec sa grosse santé. Dans la tête d’artiste qu’il s’était faite, les cheveux en coup de vent, la barbe taillée à la Henri IV, on retrouvait le crâne plat et la mâchoire carrée d’un bourgeois d’esprit borné. Zola, (...)

entre un abattoir et un hà´pital

et elle enfila d՚un regard les boulevards extérieurs, à droite, à gauche, s՚arràªtant aux deux bouts, prise d՚une épouvante sourde, comme si sa vie, désormais, allait tenir là , entre un abattoir et un hà´pital Zola, L’Assommoir

admirations consacrées

Il y a des admirations consacrées dont je ne donnerais pas deux liards. Par exemple, l՚enseignement classique a tout déformé, nous a imposé comme génies des gaillards corrects et faciles, auxquels on peut préférer les tempéraments libres, de production inégale, connus des seuls lettrés. L՚immortalité ne serait donc qu՚à la moyenne bourgeoisie, à ceux qu՚on nous (...)