// Vous lisez...

notes de chevet

assis sur le siège passager, rouler la nuit sur l’autoroute

assis sur le siège passager, rouler la nuit sur l’autoroute, emporté de temps en temps par le sommeil, flashs d’une minute d’après l’horloge, ouvrir les yeux sur l’espace éclairé par les phares, structuré de lignes blanches, tout paraît soudain si net que ressentir un apaisement, parce que la solitude, le dessin lisible sans effort du monde autour, avoir l’intuition que c’est question de vitesse, qu’on peut regarder sans craindre, que rien ne peut avoir prise, concentrer son regard sur les aires, les camions sont rangés en épis serrés, apercevoir un comptoir sous les néons, surmonté d’une enseigne, pas de corps ici, des silhouettes des voitures dépassées sont moins visibles que les écrans digitaux des tableaux de bord, les lampadaires des communes s’étalent sans rien proposer de logique au regard, les quais des entreprises de logistique sont clos, penser que rien ne se produit ici, tout transite, puis arrivés au péage, grilles de métal gris, lumières jaunes qui s’écrasent, cabines vidées de toute présence humaine, injonctions qui s’affichent en lettres digitales, se dire que la musique qui passe dans le lecteur, loin d’une bande-son, peut parfois habiter un trajet

Commentaires