// Vous lisez...

journal d’un

journal d’un (2)

Futilité de ce journal. Pas même un remède à l’enfermement. Ou à l’ennui. Les jours passent désormais sans laisser de traces. Quant à ce que je livre ici, je me refuse d’y revenir. D’ailleurs comment le pourrais-je ? Tout s’efface au fur et à mesure. Ça semble en tout cas programmé pour. Les mots tournent un temps — je n’ose pas dire en tête, pour ce qu’il en reste. Tournent et puis... Du rien.

précédent | suivant

Commentaires