// Vous lisez...

au fil des jours

trappes nocturnes

comment s’engagent les jours ; matin lumineux ne suffit pas toujours ; n’accuser ni le métronome dans la pièce à cà´té, ni les phrasés du piano qui se répètent, ni màªme le camion sur le trottoir d’en face et ronronnement de la laine de roche qu’on propulse jusque sous la toiture ; bande son d’un matin qui patine, jusqu’au corps imprégné des images de la nuit ; certitude que les laisser s’effacer ne suffira pas ; que silence les ancre

Commentaires