// Vous lisez...

coulées fiction

le jour se lèvera pas

Aujourd’hui, le jour se lèvera pas. C’est pas tant ça le problème. On en a pris l’habitude. Ça revient, pas à des intervalles réguliers, mais ça revient. Des nuits longues. On connaissait les documentaires, les régions polaires, la nuit qui n’en finit pas. Mais c’est ici maintenant aussi. Ici qu’on n’y voit plus rien. Et que ça soit un incendie, le grand incendie qu’il l’appelle, que ce soit un incendie qui nous empêche d’y voir, ça fait penser. Que le feu soit l’allié de la nuit, ça fait trembler aussi. Mais d’y rien voir on s’habitue, c’est de respirer petit qui gêne. Comme si la plaine en altitude. À l’économie nos langues. Des poussières qu’on respire. Des poussières qui viennent se greffer en nous. Des restes d’incendie en nous. Des particules de feu qui entrent en nous, qui y prospèrent.

Commentaires