// Vous lisez...

au fil des jours

d’une des possibles causes de la mort du roman-feuilleton

Ça a commencé comme ça. Un adjectif et trois points de suspension au beau milieu d’une phrase. Coïncidence tragique. Et formule toute faite du drame qui fait écho. Avion et hélico tombés au même endroit ou presque. Deux pinardiers qui meurent dans des circonstances si proches. Une seule et même propriété. Analogie quand tu nous tiens.

Un drame qui fait écho à celui de Jean Leprince en 2002. Cet ancien patron rennais, directeur général du groupe Pinault de 1972 à 1988 était devenu à la fin des années 90 l’un des négociants en vin les plus importants du Libournais après notamment le rachat du... Château La Rivière. Il a trouvé la mort dans un crash d’avion, près de Libourne, le 19 février 2002 à quelques kilomètres du crash de l’hélico de James Grégoire ce vendredi.

La faute aux mots. Et aux archives aussi. Sans archive, ce genre de truc n’arriverait pas. Comment ne pas rapprocher ? Pour ceux que ça intéresse, litanie des 12 accidents d’aéronefs qui ont eu lieu en Gironde depuis 2002. Simple liste cette fois, sans analogie évidente à mettre en avant, mais la mort, les blessés, les causes indéterminées...

La faute aux détails aussi. L’épouse refuse de monter à bord. Intuition féminine ? Don de prescience ? (Une précog façon Philip K. Dick ?) Ou la perfide aurait-elle... Se débarrasser de son mari... Mais son fils de 12 ans dans l’appareil ! Jusqu’où sont capables d’aller les épouses de milliardaires ?

L’épouse de Lam Kok avait décidé au dernier moment qu’elle ne désirait pas monter à bord, expliquant qu’elle "avait peur de l’hélicoptère", a témoigné un photographe de l’AFP, présent sur place. Selon ce dernier, James Grégoire a effectué patiemment toutes les procédures, check-list posée sur les genoux, invitant même à ne pas fermer les portes tant qu’il n’avait pas terminé ses vérifications.

Et pourquoi cette insistance du pilote de l’hélico ? Et s’il s’était douté de quelque chose ? Ta din din !... Aurait-il eu l’intuition soudaine d’une possible malédiction ?

Serait-ce une malédiction ? Le 19 février 2002, un Cessna bimoteur qui venait de décoller de l ?aérodrome de Libourne-Les Artigues-de-Lussac (Gironde) s ?est écrasé en fin d ?après-midi dans un bois tout proche. À son bord, se trouvaient trois personnes, dont les corps ont été retrouvés calcinés. Parmi les victimes, figurait Jean Leprince.

Parce que, c’est vrai, quoi ! Cette tragédie rappelle étrangement celle de Jean Leprince...

Et en plus, moi je dis ça je dis rien, mais le pilote était expérimenté...

C’était une petite excursion que James Grégoire, le vendeur du château avait l’habitude de faire en hélicoptère. Un quart d’heure de vol, entre la propriété et St Emilion. James Grégoire est décrit comme un pilote aguerri et prudent.

Ou alors, c’est que le traitement de la réalité dépasse la fiction. Mais ça...

Commentaires