// Vous lisez...

c’est

c’est (3)

c’est sortir de réunion à la nuit tombée, remonter le parking, bruit de la ventilation, s’attarder à regarder la bouche d’aération sous les toits, se dire que c’est par là qu’ils sortent tous les mots qu’on prononce, à longueur de jour, longueur de cours, pour aller où tu n’en sais rien, tu ne sais jamais ce qu’il devienne tes mots, qui les mà¢che et qui les crache, qui les rumine et qui les enterre, qui les happe qui les évite, à moins qu’ils deviennent compost, va savoir, mais ce serait bien à§a, engrais naturel, des pousses de phrases, tu n’aurais pas perdu ton temps, c’est l’envie de se taire, de rester au dedans mais franchir la porte d’entrée, grimper sur le vélo, et le temps du trajet se projeter dans le discours à venir, moins s’y préparer que s’y résoudre c’est (1) c’est (2)

Voir en ligne : Joachim Séné, C’était

Commentaires