// Vous lisez...

entre deux | premier jet

matin

matin... nuit s ?enfoncer en matière... lignes blanches nuit ne rien laisser derrière... continuelle page qu ?on tourne... abandon autant que fuite... nuit seul au monde... nuits d ?été quand tu bossais à la station... cette attente du matin... et ce dégoà »t d ?aller dormir... mais trop de fatigue... renoncer au jour qui démarre... monde qui s’ouvre... trois huit... ce qu ?en racontait ton père... déphasé... que plus en prise avec le monde... privilège du matin... qu ?encore possible saisie du monde... tu arriveras un peu tard à la mer... demain... te lever si tu peux... cette balade que tu faisais avec lui... réveillés tà´t tous les deux... vous glisser dehors... pas màªme déjeuné... aller jusqu ?à la mer... villas volets clos... salle de jeux fermée... flippers éteints derrière la vitre le rideau de fer... au retour vous passiez à la boulangerie... justifier cet hors norme... rues désertes seulement le bruit de la mer... tu l ?entends qui ronfle ?... vos pas ce sable sur les trottoirs... vous ne descendiez pas jusqu ?à la plage... accoudés depuis le front de mer... ses mains à plat sur le béton muret... silencieux mais sans angoisse... si différent quand devant la tombe des grands-parents... d ?un signe de croix vous enfermiez au silence... perdre ton regard dans les lettres sur le marbre... lever les yeux croix grises... alignements... talons des chaussures du dimanche... graviers roulent mouvement de la cheville... poids des morts aux épaules... si différent... pour à§a cette baraque... un peu d ?ailleurs et d ?apaisement... s ?il avait pas eu à§a, tu sais... là que tu le revois le plus souvent... màªme dans tes ràªves... près de toi contre-plongée le vent les mouettes et la barre d ?immeubles derrière... silencieux toujours...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires