// Vous lisez...

soutènements

Ne nous embrouillons pas, monsieur Hire

Il était déjà démonté et, le visage soudain pourpre, il s’écria :
— Je veux àªtre franc jusqu’au bout. C’est pour cela que je suis venu. Je n’ai pas tué. Je sais qui a commis le crime, mais je ne puis le dire. Comprenez-vous la situation ? D’homme à homme, je voulais...
— Ne nous embrouillons pas, monsieur Hire. D’ailleurs, vous ne vous appelez pas Hire. Il attirait à lui un nouveau papier.
— Votre nom est Hirovitch.
— Hirovitch, dit Hire. Mon père déjà se faisait appeler Hire.
— Il était polonais, à ce que je vois. Né à Wilna.
— Russe. Juif russe ! à€ cette époque, Wilna appartenait à la Russie. C’en était fini de l’audace, des explications d’homme à homme. Il répondait désormais avec l’humilité effrayée d’un écolier qu’on interroge. Simenon, Les fianà§ailles de monsieur Hire

Commentaires