// Vous lisez...

entre deux | premier jet

granuleux du crépi sur la cloison

granuleux du crépi sur la cloison… plastique interrupteur… que la lumière soit !... néon hésite… se stabilise… poutre marronnasse… murs blancs… portes entr ?ouvertes… deux chiottes à la turc… sur la droite, un urinoir fixé au mur… inutile de s ?aventurer au-delà … pisser en respirant par la bouche… buée s ?en échappe... et celle qui remonte de l ?urinoir… mégot s ?agite sous le flux… au sol carrelage moucheté… le màªme autrefois chez tes parents… cuisine... jaune pà¢le moucheté de noir… éclats verts d ?une canette… panonceaux accrochés aux portes… haut de forme redingote la canne en main… ombrelle sur l ?épaule robe aux mollets… jeunes filles en fleurs, camarade !... jeunesses d ?avant 14 !... pas trop à l ?aise, les pauvres !... entourées d ?inscriptions au marker noir… chaudasse qui suce ici le dimanche dix sept heure… femme aux jambes écartées… numéro de portable… phallus érigé… 49 en force… tu égouttes ton sexe… doigts gourds aux boutons du jean… te laver les mains… t ?asperger le visage… ton reflet... glace piquée de chiures de mouches… PSGnique la police… sale gueule… pas que le néon ce teint pà¢le… trop de picole… et pas grand-chose dans le bide… à§a aussi tout à l ?heure… cette sensation de vertige… pas la peine d ?aller chercher plus loin… besoin de bouffer… s ?arràªter à Cholet tout à l ?heure… sà »rement un rade d ?ouvert près de la gare… au pire une boulangerie… yeux cernés… lèvres encore bleues de vin rouge… un Cahors bien épais… à à§a que tu tournais quand à§a a dégénéré hier soir !... rien d ?étonnant que la tàªte comme une pastèque !... tous ces mélanges… récapitules... d ?abord deux trois bières avec Nicolas... le temps que les autres arrivent… whisky pendant l ?apéro… démarré plutà´t fort… se buvait bien l ?Islay… toi qui avais amené la bouteille… pas foutu de leur gueule !... màªme si pas tant que à§a d ?amateurs !... en avais séché pas loin de la moitié à toi tout seul… par là -dessus un coup de blanc… guère pu l ?apprécier leur pinard après le raide… mais pas moyen de refuser… le beau-père du prof de maths qui le produisait… tout près les coteaux du Layon !... le p ?tit Jésus en culotte de velours… ton grand-père qui disait à§a… prenait l ?air inspiré les yeux au plafond… bouteille en suspens… du qui se refuse pas… du qui vous descendait dans le gosier comme le p ?tit Jésus en culotte de velours… tu tentais encore d ?àªtre avenant à ce moment-là … après que à§a s ?était gà¢té… moins avenant qu ?aviné par la suite !... imbibé désinhibé !… mon pauv ? monsieur, on a les allitérations qu ?on peut !... et les soirées qu ?on mérite… te rincer la bouche… tu approches tes lèvres du robinet… évites l ?inox… te rincer… cracher… froide la flotte !... c ?est pas te taire qu ?il aurait fallu… non !... jamais bon de fermer sa gueule… finissent toujours par croire qu ?on les snobe… au fond des campagnes les seuls taiseux qu ?ils supportent... estampillés péquenots mais tellement authentiques !... eux seuls pouvaient se taire sans passer pour hautains... tu disposais pourtant d ?un savoir faire… quasi expert !... ces prétendues discussions en salle des profs… à la cantoche… ou pendant les repas de famille… màªme si de plus en plus rares désormais… maintenant que passés baptàªmes et communions de tes neveux et nièces… demandaient peu en face… juste qu ?on leur renvoie la balle… histoire d ?àªtre bien certains qu ?on les écoute… pas plus… et jamais rien qui fà¢che…

incipit ; traversé combien de fois ce patelin ; éviter l’autoroute ; tu relèves la tàªte ; vous l’attendiez tous les quatre ; s’avanà§ant vers ta mère

Voir en ligne : extrait précédent

Commentaires