// Vous lisez...

entre deux | premier jet

s’avanà§ant vers ta mère

s ?avanà§ant vers ta mère... elle debout près de la table... baiser déposé venait vers vous... sa démarche mal assurée... dos voà »té... gestes lents... grand corps raide qui se penchait vers vous... un à un vous embrassait... tassé de fatigue... pas le boulot leur faisait pas peur à ses gars !... ni les coups de rouge !... et puis la route... toujours lui au volant du J7... surtout qu’appartenait à la boîte... mine de rien presque deux heures pour y aller jusqu ?à Saint-Brévin... jusqu ?à la propriété de famille !... pavillon de plain pied tout au bout de l ?estuaire… vue imprenable sur la raffinerie... le pont de Saint-Nazaire !... et longues ballades à vélo à travers les marais... pas de quoi pavoiser !... et pourtant à les entendre… des bouffons, diront leurs mà´mes… les laisser là où ils sont… màªme si pas bien loin… restés dans le coin tous deux… devaient roupiller bien au chaud… pas du genre à se les geler sur la place de Trezins !… des gars raisonnables !... qui n ?ont sà »rement qu ?un couloir à traverser pour aller pisser !... bien faire gaffe au prochain coup de fil… qu ?ils n ?apprennent pas pour ce week-end… le reproche facile, ces bestiaux-là … autant éviter de se cogner leur laà¯us à la con !… qu ?une visite à ta mère… c ?est quand màªme pas c ?que à§a t ?aurait coà »té un saut jusqu ?à la maison de retraite !... en savaient quoi eux du prix à payer pour chacun ?... en savaient quoi du face à face ?... du temps qu ?il fallait pour sortir de là … quand refermée la porte de la chambre… en tàªte ce corps décharné… émusclé… le mot t ?était venu la dernière fois… debout devant ce corps perdu au creux du fauteuil… seul meuble amené de chez elle... à l ?étroit dans cette chambre... envie d ?ouvrir la fenàªtre... mais sa crainte des courants d ?air... demeurer debout... ne savoir quoi faire de ton corps... de tes mains... ces longues plages de silence... ton regard qui glisse au blanc du mur... s ?accroche au crucifix au dessus du lit... brin de buis jauni... ses quelques paroles... répétées en boucle tout le temps de ta visite… tes réponses à ses questions… cette faà§on de t ?appliquer à donner chaque fois les màªmes… comme si de l ?importance !... quand pas màªme sà »r qu ?elle t ?ait reconnu !... mais à quoi bon remuer tout à§a ?...

incipit ; traversé combien de fois ce patelin ; éviter l’autoroute ; tu relèves la tàªte ; vous l’attendiez tous les quatre

Voir en ligne : extrait précédent

Commentaires